Archive for the ‘Insécurité’ Category

La page des calculs

20 juillet 2009

Cette page de calculs est basée sur l’article de Tatu Vanhanen intitulé Domestic Ethnic Conflict and Ethnic Nepotism, publié en janvier 1999 dans le Journal of Peace Research, volume 36, numéro 1, pages 55-73.

Nous partons de l’hypothèse que les Français de souche représenteront la moitié de la population vivant en France en 2050 (voir aussi ici).

L’indice d’hétérogénéité ethnique est égal à la somme de trois composantes.

Première composante : l’indice d’hétérogénéité raciale

Si les Français de souche représentent 50 % de la population vivant sur le territoire français, alors par définition cet indice est égal à 50.

Deuxième composante : l’indice d’hétérogénéité nationale ou linguistique

On peut supposer que 10% des immigrés sont parfaitement assimilés (attention ! je n’ai pas dit intégrés) à la France. Ce sont ceux qui n’ont pas de double nationalité. Qui maîtrisent la langue de Voltaire aussi bien que Jean Dutourd. Qui, au début d’un match de football France-Algérie (ou un France-Tunisie, si leur famille est originaire de Tunisie), se lèvent pour chanter la Marseillaise à pleins poumons, la main sur le cœur, avec fierté, malgré les sifflets, les quolibets, les crachats en plein visage et les menaces de représailles physiques de la part des autres immigrés. Qui adorent le foie gras poêlé, les truffes du Périgord et le Champagne. C’est Monsieur Hamadura, le « Français de Pondichéry » à la peau noire qui se porte volontaire pour fait partie du dernier carré des défenseurs de la civilisation française, dans Le Camp des Saints de Jean Raspail.

Nous supposerons donc que 10 % des immigrés seront suffisamment bien assimilés en 2050 pour qu’on puisse les considérer comme Français au niveau national et linguistique. Sans doute cette proportion était-elle plus forte au début de l’immigration de masse, dans les années 1970. Mais, au fil du temps, s’assimiler devient de moins en moins à la mode, et de plus en plus coûteux.

Ces immigrés assimilés représenteront 10 % * 50 % = 5 % de la population totale. Donc, en 2050, la communauté nationale/linguistique dominante représentera 50% + 5 % = 55 % de la population vivant en France (50 % de Français de souche plus 5 % d’immigrés assimilés). Selon la méthode de Vanhanen (voir page 59 de l’article), ceci donne un indice d’hétérogénéité nationale ou linguistique de 100 – 55 = 45.

Troisième composante : l’indice d’hétérogénéité religieuse

Nous estimons que 10 % des immigrés sont des catholiques pratiquants. Ceux qui viennent du Maghreb ne le sont pas. Pour ceux qui viennent d’Afrique Noire, la situation est plus complexe. Le Sénégal est Musulman à 94 %. La Côte d’Ivoire est Chrétienne à 32,8 %. Quand on prend en compte l’ensemble des flux migratoire, ce chiffre de 10 % semble à peu près correct.

Ces immigrés catholiques représenteront 10 % * 50 % = 5 % de la population totale. Donc, en 2050, la communauté religieuse dominante représentera 50% + 5 % = 55 % de la population vivant en France (50 % de Français de souche plus 5 % d’immigrés assimilés). Selon la méthode de Vanhanen, ceci donne un indice d’hétérogénéité nationale ou linguistique de 100 – 55 = 45.

Conclusion

Quand on additionne ces trois composantes, on obtient un niveau d’hétérogénétité ethnique de 50 + 45 + 45 = 140.

Selon l’article de Tatu Vanhanen (Appendice 1), en 1996 le niveau d’hétérogénétité ethnique de la France était de 14. On peut donc prévoir que le niveau d’hétérogénéité ethnique va progresser de 140 – 14 = 126 points en 2050 – 1996 = 54 ans. Soit une progression moyenne de 126 / 54 = 2,333 points par an, ce qui équivaut à 23,33 points de progression par décennie.

Dans l’article, la Figure 1 montre que la régression linéaire du niveau de conflit ethnique sur le niveau d’hétérogénéité ethnique a une pente de 0,874.

Donc une progression du niveau d’hétérogénéité ethnique de 23,33 points de par décennie implique une progression du niveau de conflit ethnique égale à : 23,33 * 0,874 = 20,39 points par décennie.

Pour simplifier, j’arrondis ce nombre à 20 points par décennie.

Publicités